Architecture

« Certains y voient une arche contemporaine, symbole d’une nouvelle porte d’entrée à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine, d’autres devinent un « M » majestueux »

Un signe architectural fort

Implantée sur berges de Garonne à Bordeaux, sur l’emplacement des anciens abattoirs à l’extrémité de la halle Debat-Ponsan et à proximité de la gare Saint-Jean, la MÉCA est un signal urbain audacieux de 12 000 m2, 120 mètres de long et 37 mètres de haut. Ces formes monumentales respectent parfaitement les espaces professionnels (cage de scène, réserves, salles d’exposition, centres de ressources et de médiations, bureaux) tout en formant une boucle verticale qui intègre ces multiples usages dans un même élan. La dynamique du bâtiment est renforcée par un traitement topographique d’une partie de l’espace public avec un jeu d’escaliers et de rampes. L’asymétrie générale fait que le bâtiment regarde vers le Bordeaux historique vers l’Ouest tout en pointant vers le quartier Euratlantique vers l’Est.

 Symbole d’une création vivante
Ses jeux de géométries et ses lignes très affirmées confèrent au bâtiment un caractère cinétique, symbole d’une création vivante. L’arche, désaxé, donne l’illusion d’un bâtiment en mouvement, dont les perspectives et les points de fuite semblent se distordre à mesure que l’on s’en approche. Le résultat est puissant : le signe architectural est aussi marquant et esthétique dans l’espace qu’une sculpture monumentale. Alain Rousset, président de la Région,  revendique d’ailleurs « le geste architectural brillant des architectes », à la hauteur du projet de regroupement des deux agences culturelles régionales et du Frac.

L’art dans la cité, la cité dans l’architecture
Conçu comme une boucle grâce aux rampes en pentes douces qui permettent d’y accéder de chaque côté, le bâtiment s’organise autour d’un espace public, la chambre urbaine, spécialement imaginé pour accueillir une promenade. L’objectif est d’inscrire l’art dans la cité et d’inciter les citoyens à venir découvrir ses espaces d’expositions, son restaurant et sa terrasse culminant à 25 mètres d’où l’on pourra contempler le centre historique de Bordeaux et son port de la lune. En signe d’ouverture, cet espace de promenade urbaine sera accessible au public 24 heures sur 24, même lorsque la MÉCA sera fermée. De part et d’autres du bâtiment, des gradins forme le socle de la MÉCA.

Enfin, la projection des usages ne dit pas encore quels seront les transformations et détournements qui y naitront, mais l’agilité du projet architectural laisse imaginer une insertion harmonieuse des pratiques urbaines dans ce nouvel espace public.