Présentation

Soutenir la création contemporaine par la constitution d’une collection d’œuvres d’art pour la porter à la connaissance du plus grand nombre, tel est l’engagement qui a fondé l’ADN du Frac Aquitaine en 1982, renommé Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA en février 2019. Combinant ainsi des missions de diffusion et de médiation, de collection et de production au plus près des artistes, le Frac développe une programmation artistique avec un ensemble de partenaires sur le territoire qui se concrétise par des actions inventives et des moments à partager autour des œuvres.

40 ans d’histoire (ou presque)
La création des Fonds régionaux d’art contemporain dans les années 1980 témoigne d’une véritable créativité institutionnelle : fruit d’un partenariat original entre l’État et les Régions, ces équipements ont été créés pour soutenir, décentraliser et démocratiser l’art contemporain en constituant des collections d’œuvres d’art nomades. Ces outils tout-terrain d’un autre genre contribuent à la structuration d’un réseau inédit d’accès à la création fondé sur un équilibre territorial et régional. Ces têtes chercheuses que sont les Frac, grâce à une politique d’acquisition et de soutien aux nouvelles générations d’artistes, constituent à eux tous un patrimoine de premier plan comptant en 2017 plus de 26 000 œuvres. Si tous les Frac disposent des mêmes missions fondatrices qui contribuent à leur rayonnement au niveau régional, national et international, chacun a constitué une collection unique et développé ses propres singularités.

Le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, l’expérience pour projet
Attaché à sa mission première qu’est la constitution d’une collection d’art contemporain, le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA a rassemblé au cours de ces 35 dernières années un patrimoine vivant et représentatif des formes et expressions contemporaines les plus variées (peinture, sculpture, photographie, vidéo, installation) et conserve aujourd’hui plus de mille œuvres, d’artistes de renom (Absalon, Diane Arbus, Jeff Koons, Annette Messager..) , mais aussi de jeunes talents prometteurs (Bastien Cosson, Nino Laisné, Benoît Maire, Pauline Fondevila,etc.). Chaque année, grâce à la complicité de centaines de partenaires, 50% de ces œuvres d’art circulent dans divers lieux (médiathèques, établissements scolaires, monuments patrimoniaux…), aussi bien urbains que ruraux.

Prospectif et attaché à sa mission de transmission, le Frac cherche à rendre vivante sa collection à la fois historique et sans cesse enrichie d’œuvres récentes, demeurant ainsi un  espace d’accompagnement de projets artistiques expérimentaux. À l’appui d’un programme d’expositions et de dispositifs de médiation misant sur le participatif et l’innovation, le Frac cherche à favoriser les conditions de rencontre entre les œuvres d’art et les publics, dans une logique de proximité et d’attention partagée.

La MÉCA !
Aujourd’hui, le Frac est à la MÉCA dans de nouveaux espaces répartis sur près de 4 600 m2 en salle d’exposition, réserves et salles dévolues à l’expérimentation d’actions avec les artistes, les professionnels et les publics. Ce nouvel outil permet au Frac d’inventer un nouveau modèle en créant des modes opératoires davantage transversaux (transdisciplinaires en collaboration avec ALCA et OARA, transhistorique…), horizontaux (avec la poursuite de « co-écritures », programme collaboratif d’expositions avec un ensemble de partenaires régionaux etc.), et innovants. Parmi ceux-là, figure le programme art et entreprise avec le Pôle Innovation & création, qui, doté de deux ateliers au 4e étage, pourra accueillir des artistes. Il est pensé pour amplifier le soutien aux artistes en les aidant à produire, ceux-ci ne disposant pas toujours d’un espace de travail, en s’appuyant sur les compétences des entreprises néo-aquitaines, et enfin il constitue un moyen par lequel le Frac pourra enrichir la collection et les projets de diffusion des œuvres. L’innovation est également en jeu avec le Mécano de la Régionale, un mobilier muséographique nomade qui circulera sur tout le territoire, notamment dans des lieux qui ne sont pas adaptés pour accueillir de l’art contemporain. La MÉCA permet au Frac de développer ses missions, qui s’étoffent et se structurent, en plaçant au cœur de son projet l’art, l’artiste et le visiteur.

Le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA est membre de PLATFORM Regroupement des Fonds régionaux d’art contemporain et structures assimilées et du réseau Astre.

Le Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA est financé par La Région Nouvelle-Aquitaine et l’État (Ministère de la Culture – Direction régionale des Affaires culturelles de Nouvelle-Aquitaine), avec le soutien de la Ville de Bordeaux.