Chargement Évènements

« Du sale et du propre » (2e partie)

Catégorie d’Évènement:
Le 14 mars 2020 à 15 h 30
Au Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA

Une drôle d’histoire de l’art.
Par Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’exposition.

 Du vrai et du faux, des fantômes, du sale et du propre, des jets coulures et autres  fuites… De l’explosion au trou et à la poussière, avec, pour finir, une évocation de la paresse, tel est le menu de ces 9 séances qui constitue une drôle d’histoire de l’art, qui pour être plaisante ou amusante, n’en est pas forcément toujours drôle. Neuf séances sous le signe d’un Gai savoir visuel, animées par la jubilation et le plaisir de faire cohabiter des régimes visuels qui peuvent sembler disparates (art, cinéma, publicité, documentaire…) mais qui participent néanmoins de la culture visuelle de notre temps… Il s’agira toujours de partir d’œuvres contemporaines, issues pour l’essentiel de la collection du Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, pour ensuite errer et se perdre dans les méandres de l’histoire et de la géographie de notre monde…. 


samedi 14 mars 2020 à 15h30
Du sale et du propre (2e partie) 5/9

De la peinture « couillarde » de Cézanne aux plaisanteries « cloacales » de Duchamp, de la « scatologie » de Fontana, aux Merdes d’artiste de Manzoni et aux Oxidations Paintings de Warhol,les artistes n’ont cessé de replacer généalogiquement la question du jugement et du goût dans la sphère où elle s’est physiquement constituée : celle du corps, et plus singulièrement encore, celle de ses orifices réputés les plus honteux, là où s’inaugure la grande bataille humorale du “noble et de l’ignoble”.
Où il sera également question, entre autres choses et dans le désordre, du minimalisme et de l’Arte Povera ; de Georges Bataille et de Jacques Lacan ; des œuvres du Caravage et de Felix Gonzalez-Torres ; de la notion d’abjection mais aussi de l’art d’accommoder les restes…