La fidélité des Amis

Les Amis du Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA offrent au Frac deux nouvelles nouvelles œuvres, l’une de Kevin Rouillard (galerie Thomas Bernard Cortex Athletico) formé à l’école des beaux-arts de Pau et de Paris, l’autre du duo Segondurante formé à l’école des beaux-arts de Bordeaux. Elles rejoignent officiellement la collection en 2019 et seront montrées au sein de « Il est une fois dans l’Ouest », l’exposition inaugurale du Frac à la MÉCA (été 2019). Ces deux nouvelles œuvres viennent s’ajouter aux 9 précédentes qui, depuis 2012, ont été données au Frac Aquitaine par les Amis, confirmant ainsi leur intérêt pour l’enrichissement de la collection et sa diffusion en région.

Kevin Rouillard,
Né en 1989 à Vendôme
Vit et travaille à Paris et Bordeaux
Né en 1989, Kevin Rouillard est diplômé avec les félicitations du jury de l’ENSBA de Paris en 2014. Après avoir participé au 60e Salon de Montrouge et au prix de la Villa Emerige (Empiristes) en 2015, il remporte le prix de la Fondation François de Hatvany.

L’œuvre
Extrait (tole,Choc) (1) , 2017
« Pour envoyer des produits au Cap Vert, les expatriés remplissent des bidons car le transport en cargo n’est pas cher,
raconte-t-il. Une fois là-bas, ces bidons deviennent des portes, des poêles, des balayettes, des maisons. J’ai décidé de les transformer en boucliers tortues, utilisés dans les formations de soldats romains comme une carapace collective ». Façon cheval de Troie, les bidons sont devenus des peintures. »

Segondurante
Guillaume Segond et Hugo Durante
Nés en 1993 à Bordeaux
Vivent et travaillent à Bordeaux
Guillaume Segond et Hugo Durante sont diplômés de l’école des beaux-arts de Bordeaux. Ils forment un duo depuis 2014. La galerie Silicone à Bordeaux leur offre en 2017 leur première exposition personnelle. En 2018, ils sont finalistes du Prix Maif pour la sculpture.

L’œuvre
Daniel, 2015
Daniel est un assemblage de pierres de taille trouvées. Un fois re-sculptés, ces anciens fragments architecturaux deviennent un barbecue. Cette sculpture résulte de plus d’un an d’échanges avec l’artiste Daniel Dewar. C’est donc une manière de considérer l’héritage de formes et de matières, mais aussi une transmission de pensée et de paroles. Prenant la forme d’un barbecue, objet autour duquel on échange, de manière légère et décomplexée.